Iran, du foot et des affaires
Iran, Football and Business

Film documentaire de 56 min

 

Auteur – Réalisateur :Jamshid Golmakani

 

L'équipe nationale de football iranienne faisait partie des 32 équipes sélectionnées pour la Coupe du monde de football 98 en France. A cette occasion, et pour son entraînement, l'équipe d'Iran est venue en France en mars 1998, pour jouer trois matchs amicaux face aux équipes de Guingamp, de Nantes et de Montpellier. A Guingamp, l'ambassadeur iranien rejoint l'équipe. Le jour du match il fait des visites politiques et commerciales. La caméra enregistre les interventions de certains industriels bretons. On voit combien ceux-ci réservent un accueil exceptionnel à l'ambassadeur iranien pour qu'il leur accorde des contrats commerciaux.
Lors de la rencontre entre l'équipe iranienne et l'équipe nantaise, toutes les mesures ont été prises afin que les rencontres politico-commerciales de l'ambassadeur se déroulent dans la plus parfaite discrétion. Mais le film éclaire les points importants des rencontres de l'ambassadeur. La déclaration du Maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, également président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale, exprime sa satisfaction de pouvoir rétablir des relations normales avec l'Iran, pourtant récemment condamné pour terrorisme d'Etat par la justice allemande.

Extraits

J. Golmakani est journaliste-réalisateur d’origine iranienne. En 1977 il commence sa carrière comme rédacteur-photographe à Téhéran. En 1982 il se trouve en France. En 1989 il obtient un Doctorat en cinéma-télévision à la Sorbonne. Sa recherche sur L’image de l’Iran à la télévision française est publiée aux Editions L’Harmattan, préfacé par Marc Ferro. 

Depuis vingt ans il réalise des films documentaires pour la télévision française, notamment : Iran : le rêve d’une démocratie-52’, Iran : résistance d’un peuple opprimé-55’, Iran : le foot, un enjeu pour tous-52’, Iran, du foot et des affaires-56’, Procès de Berlin : terrorisme iranien condamné-52’, Demandeurs d’asile-52’, Berlin, premier procès du terrorisme iranien-46’, Des papiers pour les réfugiés-48’.

 

 

Iran, Football and Business

 

Summary

 The Iranian national football team was one of the 32 selected for the 1998 World Cup in France. On this occasion, the Iranian team arrived in France in March 98 to train and play three friendly matches against the teams of Guingamp, Nantes and Montpellier.
In Guingamp, the Iranian ambassador meets the team. On the match day he makes political and commercial visits. The camera records the interventions of some Breton businessmen. One can see how warmly they welcome him in order to obtain commercial contracts.
During the match between the teams of Iran and Nantes, the Iranian officials and businessmen of the region made special arrangements so that the political-commercial meetings of the ambassador should take place as discreetly as possible. But the film highlights the important points of the ambassador's contacts. A declaration of Nantes Mayor, Jean-Marc Ayrault, also President of the Socialist MP group in the French National Assembly, expresses his satisfaction at being able to re-establish normal relations with Iran, in spite of its being recently sentenced for state terrorism by a German court.

 

J. Golmakani is an Iranian-French filmmaker, author and journalist. In 1977 he began his career as a photojournalist in Tehran-Iran. In 1982 he emigrated to France where he studied and received a Doctorate in Cinema and Television from Sorbonne University. He is the author of Image of Iran on French Television. Golmakani has produced and directed many documentary films for French television as well as many other television companies outside of France.

Works by Golmakani: I Don’t Cry, I Paint-26 min, Iran, the Dream of a Democracy-52 min, Iran: The Broken Soul-55 min, Iranian Football: A Challenge for All-52 min, Iran, Football and Business-56 min, The Berlin Trial: Iranian Terrorism Condemned-52 min, Berlin, the First Trial of Iranian Terrorism-46 min, Asylum Seekers-52 min, Papers for Asylum Seekers-48 min, Dream of a Poet in Exile-13 min.




Diffusion
: Planète et l’Histoire
 

Coupures de presse :

CanalSatellite Magazine : Découverte / Quand une caméra indiscrète surprend les amours du foot avec la politique, la religion et les affaires.
Le documentaire de Jamshid Golmakani montre l’équipe nationale du football iranienne, venue disputer quelques matches en France, trois mois avant le Mondial. L’occasion pour nos industriels et nos hommes politiques d’espérer décrocher de juteux contrats. Ainsi à Nantes, tandis que les joueurs s’entraînent, l’ambassadeur persan est reçu en grande pompe par Jean-Marc Ayrault – maire de la ville et président du groupe socialiste à l’Assemblée – qui se félicite de pouvoir rétablir des « relations normales » avec l’Iran… Un pays que la justice allemande vient de condamner pour terrorisme d’Etat ! En écho à ces manœuvres courtisanes, des expatriés iraniens évoquent les raisons qui les ont conduits à s’exiler. Eux n’ont pas de contrats à signer… .


Ouest-France : A Guingamp, caméra vissée sur l’épaule, Jamshid Golmakani avait promené son objectif et son micro de la Mairie aux salles d’abattages de Bif, en passant par le salon du « Relais du Roy » et les tribunes de Roudourou. Corinne Bourgoin (pdg du groupe Bourgoin) et François Thouvenot (directeur général de Bif Armor) n’ont en effet pas lésiné sur l’accueil pour séduire ce représentant du Golf, un très haut personnage de l’Etat islamique, réputé influent dans le monde de l’économie. Un homme qui « ne manque pas une occasion de valoriser les relations entre les entreprises françaises et l’Iran », soulignait alors dans les colonnes d’Ouest-France, Daniel Saivaget, directeur général de Tilly Sabco (Groupe Burgoin).


TéléObs : Nous assistons à de truculentes scènes de la vie provinciale sur fond de commerce extérieur. Les joueurs jouent et les diplomates négocient. Rien de nouveau donc sous le ciel breton… L’Iran perdra un à zéro contre Guingamp. L’équipe d’Iran méritait mieux. Gilles Anquetil

La lettre à Lulu : Le réalisateur du documentaire « L’Iran, du foot et des affaires », s’est gentiment fait éconduire de la réception offerte à l’Hôtel de Ville de Nantes. Réfugié politique en France, ce journaliste n’avait pas l’heur d’agréer à son excellence barbue et Jean-Marie, qui débute dans la géopolitique, n’était peut-être pas très fier de dérouler le tapis devant le Persan. Surtout qu’il n’a pas lésiné sur les salamalecs : « J’ai suivi avec l’attention les changements récents intervenus dans les relations entre l’Iran d’une part, l’Union Européenne et la France d’autre part. La reprise récente des visites officielles bilatérales au niveau ministériel marque, je l’espère, un pas décisif vers une normalisation des relations entre nos pays ».


Télérama : Jamshid Golmakani, cinéaste iranien exilé, filme l’entraînement et les coulisses, mais il semble s’étonner que l’ambassadeur d’Iran en profite pour nouer des contacts avec les industriels et les politiques locaux. Quoi de plus normale ? Pendant les matchs, les affaires continuent, et on sait bien que le football n’est jamais – en Iran, moins d’ailleurs – déconnecté des enjeux politiques et économiques. La démonstration tourne court. On avait vu Jamshid Golmakani mieux inspiré quand il portait le fer contre l’Etat iranien, dans ses précédents documentaires. T.L.


Bulletin Réseau Voltaire : Ce film montre les négociations commerciales et politiques qui ont eu lieu en marge de la participation de l’équipe de football iranienne à la Coupe du monde. Des industriels, comme Bourgoin, et les élus, comme Jean-Marie Ayrault, n’ont aucun état d’âme à négocier avec une dictature dont les dirigeants n’hésitent pas à faire assassiner les opposants exilé à l’étranger.

<< Nouvelle zone de texte >>